Soutien aux actions du 5 mars « L’université et la recherche s’arrêtent »

Le Groupe de recherche en histoire du patrimoine et des musée (HIPAM) a décidé à l’unanimité de ses membres d’apporter son soutien à la journée « Le 5 mars, l’université et la recherche s’arrêtent », journée dont les actions sont organisées à l’appel de la coordination nationale. L’HIPAM entend apporter son soutien aux actions de visibilisation de la précarité structurelle dans laquelle l’université est plongée, précarité qui sera aggravée au-delà de toute mesure par la loi LPPR, loi qui est de plus une atteinte manifeste à la liberté et l’indépendance de la recherche.

Julien Muller rejoint l’HIPAM

L’HIPAM est fier d’accueillir cette année trois nouveaux membres actifs. Parmi eux, Julien Muller qui a entamé cette année une thèse au titre « La vie de château incarnée en ses meubles : le fonds de maison d’un château-musée, lieu de l’esprit ou medium de conservation d’un esprit du lieu » sous la direction du Pr Thierry Lalot au sein de l’ED 441 Histoire de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Partant de la Déclaration de Québec sur la sauvegarde de l’esprit du lieu (ICOMOS, 2008) qui offrait une reconnaissance institutionnelle à la notion d’esprit d’un lieu, Julien Muller s’intéresse aux conséquences intellectuelles et pratiques de cette légitimation dans les actes et discours de la conservation et de l’étude des collections au sein des demeures historiques et châteaux devenus musées.                    

L’idée d’« esprit d’un lieu » a une longue histoire sémantique qui remonte à l’antiquité et dont l’usage est aujourd’hui laïcisé. Néanmoins, au sein du monde muséal, l’expression d’« esprit d’un lieu » s’inscrit dans une extension de la sémantique patrimoniale aux dimensions de l’immatériel (patrimoine culturel immatériel, par exemple). Elle soulève des interrogations particulières lorsqu’elle est appliquée aux lieux habités par des mémoires multiples que sont les châteaux-musées, qu’ils soient aujourd’hui encore conservés dans une intégrité architecturale et mobilière remarquable, à l’image du château de Fontainebleau, ou uniquement à l’état de « fragments » meubles (châteaux de Saint-Cloud ou des Tuileries notamment) par d’autres institutions patrimoniales dépositaires tel le Mobilier national.

En effet, l’esprit d’un lieu tel qu’il s’inscrit dans la muséologie participe de la réinterrogation des phénomènes d’élection patrimoniale dont la dimension sacralisante pouvait trouver un aboutissement logique dans les ensembles « immobiliers et mobiliers de prestige dédiés à la représentation d’une dimension royale » comme le rappelle Julien Muller.

Sa recherche vise ainsi à appréhender les mutations dans l’établissement de la « hiérarchie des biens » qui caractérisait les pratiques de conservation, de présentation et de publicisation de ces institutions. En étant attentif à la biographie sociale de ces ensembles immobiliers et mobiliers, matériels et immatériels, ainsi qu’à la multiplicité des récits et le caractère sédimentaire et processuel de la production culturelle de l’esprit d’un lieu, Julien Muller étudie et réinterroge notamment la construction des limites, et leur nouvelle mise en cause, entre les sphères du public et de l’intimité telle qu’elles ont pu être considérées lors des premières études de la culture matérielle et de la consommation en France. En effet, dans le soucis d’une relecture plus complète des lieux, les conservateurs sont aujourd’hui amenés à reconsidérer les éléments liés au quotidien ou à la domesticité, nécessaires en leur temps à l’occupation vivante de ces espaces d’habitation, puis progressivement remisés dès lors que leurs usages et valeurs ne semblaient plus répondre à la nouvelle dimension muséale dévolue à ces anciennes demeures.

Julien Muller est détenteur de deux masters en Droit patrimonial, immobilier et notarial, avec pour spécialité le Droit des assurances et de la responsabilité (Aix-Marseille Université), et en Conservation-restauration des biens culturels (Université Panthéon-Sorbonne), et a fait plusieurs stages au sein du Château de Fontainebleau et du Mobilier National. Nous sommes donc très heureux d’accueillir ce profil interdisciplinaire en droit, conservation et histoire du patrimoine. Il apportera notamment une solide sensibilité pour la question de la conservation en tant que telle au sein de notre groupe en plus de renforcer le pôle informel de nos membres compétents ou intéressés par les dimensions juridiques du patrimoine (Alexandra Gauthier et Ina Belcheva).