Archives de catégorie : Actualités des membres

Julien Muller rejoint l’HIPAM

L’HIPAM est fier d’accueillir cette année trois nouveaux membres actifs. Parmi eux, Julien Muller qui a entamé cette année une thèse au titre « La vie de château incarnée en ses meubles : le fonds de maison d’un château-musée, lieu de l’esprit ou medium de conservation d’un esprit du lieu » sous la direction du Pr Thierry Lalot au sein de l’ED 441 Histoire de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Partant de la Déclaration de Québec sur la sauvegarde de l’esprit du lieu (ICOMOS, 2008) qui offrait une reconnaissance institutionnelle à la notion d’esprit d’un lieu, Julien Muller s’intéresse aux conséquences intellectuelles et pratiques de cette légitimation dans les actes et discours de la conservation et de l’étude des collections au sein des demeures historiques et châteaux devenus musées.                    

L’idée d’« esprit d’un lieu » a une longue histoire sémantique qui remonte à l’antiquité et dont l’usage est aujourd’hui laïcisé. Néanmoins, au sein du monde muséal, l’expression d’« esprit d’un lieu » s’inscrit dans une extension de la sémantique patrimoniale aux dimensions de l’immatériel (patrimoine culturel immatériel, par exemple). Elle soulève des interrogations particulières lorsqu’elle est appliquée aux lieux habités par des mémoires multiples que sont les châteaux-musées, qu’ils soient aujourd’hui encore conservés dans une intégrité architecturale et mobilière remarquable, à l’image du château de Fontainebleau, ou uniquement à l’état de « fragments » meubles (châteaux de Saint-Cloud ou des Tuileries notamment) par d’autres institutions patrimoniales dépositaires tel le Mobilier national.

En effet, l’esprit d’un lieu tel qu’il s’inscrit dans la muséologie participe de la réinterrogation des phénomènes d’élection patrimoniale dont la dimension sacralisante pouvait trouver un aboutissement logique dans les ensembles « immobiliers et mobiliers de prestige dédiés à la représentation d’une dimension royale » comme le rappelle Julien Muller.

Sa recherche vise ainsi à appréhender les mutations dans l’établissement de la « hiérarchie des biens » qui caractérisait les pratiques de conservation, de présentation et de publicisation de ces institutions. En étant attentif à la biographie sociale de ces ensembles immobiliers et mobiliers, matériels et immatériels, ainsi qu’à la multiplicité des récits et le caractère sédimentaire et processuel de la production culturelle de l’esprit d’un lieu, Julien Muller étudie et réinterroge notamment la construction des limites, et leur nouvelle mise en cause, entre les sphères du public et de l’intimité telle qu’elles ont pu être considérées lors des premières études de la culture matérielle et de la consommation en France. En effet, dans le soucis d’une relecture plus complète des lieux, les conservateurs sont aujourd’hui amenés à reconsidérer les éléments liés au quotidien ou à la domesticité, nécessaires en leur temps à l’occupation vivante de ces espaces d’habitation, puis progressivement remisés dès lors que leurs usages et valeurs ne semblaient plus répondre à la nouvelle dimension muséale dévolue à ces anciennes demeures.

Julien Muller est détenteur de deux masters en Droit patrimonial, immobilier et notarial, avec pour spécialité le Droit des assurances et de la responsabilité (Aix-Marseille Université), et en Conservation-restauration des biens culturels (Université Panthéon-Sorbonne), et a fait plusieurs stages au sein du Château de Fontainebleau et du Mobilier National. Nous sommes donc très heureux d’accueillir ce profil interdisciplinaire en droit, conservation et histoire du patrimoine. Il apportera notamment une solide sensibilité pour la question de la conservation en tant que telle au sein de notre groupe en plus de renforcer le pôle informel de nos membres compétents ou intéressés par les dimensions juridiques du patrimoine (Alexandra Gauthier et Ina Belcheva).

Semaine de la recherche de l’ED441

Du lundi 29 mai au jeudi 1er juin 2017, l’ED 441 Histoire de l’Art de Paris 1 organise sa deuxième semaine de la recherche, qui intègre la scolarité doctorale. Dans ce cadre, plusieurs doctorants de l’HIPAM présenteront l’état de leur recherche.

Programme synthétique

LUNDI 29 MAI 2017

13h00 – 16h00, Pierre Wat
Paysage et histoire dans les arts de la période contemporaine

16h00 – 19h00, Dominique Poulot
L’historie culturelle du patrimoine aujourd’hui: situation et tendances
Sous ce nom générique on trouve aujourd’hui des démarches très diverses, allant de l’histoire des collections, envisagée sous le rapport classique des provenances d’objets, à des histoires du goût, mais encore des histoires des représentations, sur le modèle des secondes Annales des années 1970, ou encore des études culturelles ou critiques, jusqu’à des études de la mémoire. On partira dans un premier temps d’une analyse de cas de musées, pour montrer l’évolution de l’historiographie au cours des vingt dernières années. Puis les recherches présentes de plusieurs doctorants de l’ED témoigneront de quelques aspects de ce champ : l’analyse d’expositions, la recherche à propos de collectionneurs, l’enquête sur le marché.

MARDI 30 MAI 2017

9h00 – 12h00, Pascal Rousseau
Mind Control

13h00 – 16h00, Philippe Plagnieux
Paroles de doctorants: modèles, usages, échanges et filiations

MERCREDI 31 MAI 2017

9h00 – 12h00, Michel Poivert
Les intellectuels français et l’image au XXe siècle, l’exemple de « l’oeil de Foucault ».

13h00 – 16h00, Philippe Dagen
Art et politique

16h00 – 19h00, Mercedes Volait
L’invention européenne du Caire historique au XIXe siècle: architecture, antiquarisme et photographie au temps de l’expansion patrimoniale

JEUDI 1er JUIN 2017

9h00 – 12h00, Jean-Philippe Garric
Jean-Jacques Lequeu (1757-1826) et l’architecture « révolutionnaire »

13h00 – 16h00, Agnès Devictor, Cécile Boex (Invitée)
Des cultures visuelles face à la guerre

Informations

> du lundi 29 mai au jeudi 1er juin 2017
> Salle Jullian, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, Paris 2e
> Programme complet de la semaine de la recherche (PDF)

Soutenance de thèse de Carolina Ruoso

Carolina Ruoso, qui est à l’origine de la création de l’HIPAM et participa activement à son existence de 2011 à 2014, soutiendra sa thèse Nid de frelons. Neuf temps pour neuf Atlas. Histoire d’un musée d’art brésilien (1961-2011) le lundi 28 novembre prochain à 14h à l’INHA. Vous êtes tous cordialement invités à y assister.

Lundi 28 novembre 2016 à 14h
INHA, salle 111 (1er étage)
2, rue Vivienne
Paris 2e

Jury:

Dominique Poulot, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de Thèse
Béatrice Joyeux-Prunel, Maître de Conférences HDR, Ecole normale supérieure
Jesus Pedro Lorente Lorente, Professeur, Universidad de Zaragoza, Rapporteur
Ana Paula Simioni, Professeur, Universidade Sao Paulo
Manuelina Maria Duarte Cândido, Professeur, UFG – Universidade Federal de Goiás, Rapporteur

Résumé :

Cette recherche cherche à comprendre comment le musée d’art de l’université du Ceará (MAUC) est devenu un nid de frelons. Afin d’étudier ce phénomène, nous avons analysé les cinquante premières années de sa trajectoire (1961-2011), en partant de l’intrigue sur les modèles de musée en dispute à la fin du XXème siècle dans la ville de Fortaleza, et aussi à partir des controverses autour de sa mémoire. Nous avons organisé notre récit en Neuf temps pour neuf Atlas, en analysant ce nid de frelons de l’intérieur et de l’extérieur, en le prenant à l’envers, à rebrousse-poil. Pour cette raison, nous présentons le MAUC au travers de ses coulisses, en observant par-derrière les vitrines quels sont les caractéristiques et les mouvements propres de cette désignation. Pour nous, un musée nid de frelons est traversé par la mise sous silence, en même temps qu’il développe des pratiques communautaires et collaboratives qui sont constitutives de sa trajectoire, contribuant à l’élaboration conceptuelle élargie de ses processus curatoriaux. Dans cette thèse, nous démêlons les aspects conceptuels qui justifient la création du MAUC. Au travers d’une lecture de la circulation de savoirs, d’œuvres d’art et d’expositions, nous établissons une cartographie des réseaux de relations mobilisés par ce musée au travers de son programme structurel. Nous enquêtons sur les possibilités de création artistique dans l’espace physique du musée et sur les dimensions de collaboration proposées par l’institution en ce qui concerne la fabrique d’expositions et d’œuvres d’art. Nous cherchons aussi à identifier les formes de voir et d’être des visiteurs dans le MAUC au travers du regard de photographes de vue d’exposition.

Mots-clefs :

Histoire du patrimoine et des musées d’art ; circulation de savoirs et d’œuvres d’art ; formation professionnelle en muséologie ; création collaborative ; pratiques des visiteurs de musées.