Archives par mot-clé : création collaborative

Les Chineurs : musiques électroniques, réseaux sociaux, playlist et historicité

Mardi 27 juin 2017, 19-21h — Les Chineurs : musiques électroniques, réseaux sociaux, playlist et historicité

La musique électronique populaire comme la House possède-t-elle ses propres manières de faire l’histoire ? Fait-elle l’objet de pratiques patrimoniales ? Comment en produit-on la mémoire aujourd’hui ? Voici les questions directrices de cette séance de recherche centrée sur l’examen du cas des Chineurs de House, un groupe Facebook de social digging animé par des administrateurs du collectif La Chinerie et centré sur la musique House.

Organisateurs : Martin Hullebroeck (Paris 1/ULB) et Arthur Perini (EHESS)

Jusqu’à très récemment, l’immense majorité de la littérature portant sur les musiques électroniques dites « populaires » comme la House, la Techno ou l’IDM, consistait en des (auto)biographies confidentielles de musiciens ou des critiques musicales. Depuis quelques années, une jeune génération de chercheurs a commencé à élargir la perspective des études académiques sur le sujet, études qui s’étaient surtout intéressées au phénomène social des raves et des free parties. Ces nouveaux chercheurs examinent par exemple la manière dont des groupes, communautés ou collectifs gèrent, dans une perspective d’action politique et culturelle, la construction de l’histoire de leur mouvement musical et de ce qu’ils considèrent comme leur patrimoine (on se reportera par exemple aux travaux de Frédéric Trottier du Centre Georg Simmel (UMR EHESS/CNRS)).

Cette séance se propose d’examiner un cas très particulier, celui du groupe Facebook « Chineurs de House ». Dans Chineurs de House, on partage des « pépites » musicales en suivant des règles précises, on organise des journées spéciales centrées sur des labels, des pseudonymes, des sous-genres précis, des nationalités, et on organise des « producers days » pour que les jeunes pousses puissent montrer leur travail de création. Les Chineurs se déploient par ailleurs dans une importante diversité de groupes couvrant le champ général des musiques électroniques, dont ils participent à la recatégorisation sur le territoire franco-digital. Leur activité collective d’historiens du mouvement électronique de la musique, soutenue par les administrateurs et plusieurs centaines de membres, témoigne d’une cohabitation originale entre différents régimes d’historicité, portés par des formes de narration du temps social spécifiques : celle de son actualité — via les innombrables publications individuelles —, et celle de sa remémoration — par la constitution de collections musicales en ligne, les playlists Youtube.

Cette séance s’articulera en trois temps. Elle donnera tout d’abord la parole à deux chevilles ouvrières de Chineurs de House et du label La Chinerie, Thomas Chauveaux et Clément Mallein. Ils nous exposeront plus en détail l’histoire de la constitution et de l’évolution des Chineurs ainsi que les pratiques qui y ont cours quant au partage des morceaux de musique et à la pédagogie collective qui imprègne leurs rapports interpersonnels. Dans un deuxième temps, Arthur Perini, mémorant à l’EHESS, nous présentera les résultats de ses travaux d’anthropologie des mondes numériques des musiques électroniques menés auprès des Chineurs. Enfin, les organisateurs présenteront une piste de réflexion commune, soumise à leurs invités et au public, autour de la notion de « playlist », son rôle et ses implications pour la constitution d’une histoire qui s’écarterait des schèmes institutionnels de la discursivité pour y fonder un nouveaux rapport sensible, celui du sonore.

Intervenants

Thomas Chauveaux est administrateur à La Chinerie et administrateur des groupes Facebook ‘Chineurs de House’ (house) et ‘Beau Mot Plage’ (microhouse).

Clément Mallein est administrateur des groupes Facebook ‘Chineurs de House’ (house), ‘Chineurs de Paname’ (qui fédère les chineurs de la région parisienne) et ‘Chineurs des Origines’ (Jazz, Blues, Soul, Funk, Disco, Afrobeat et Bossa Nova), et travaille pour le label In Any Case Records.

Arthur Perini est mémorant en Théories et pratiques du langage et des arts (EHESS), membre du collectif artistique Ascidiacea et contributeur à NonFiction.

Liens et matière à examiner

La Chinerie, initialement née par un groupe Facebook, s’est progressivement structurée en différents groupes couvrant le spectre des différents genres de musique électronique, puis en un collectif qui lança très rapidement l’organisation de soirées, des podcasts, un label et des sous-labels et même, un festival collaboratif prévu pour bientôt (ils ont déjà réussi à lever plus de 64.000€ en crowdfunding pour son organisation), le tout en l’espace de moins de trois ans d’existence. Ce qui leur vaut une grande renommée en France et à l’international pour leur dynamisme et la qualité de leur travail principalement basé à Paris et Lyon.

> Le groupe Facebook ‘Chineurs de House’ : facebook.com/…/chineursdehouse
> Quelques exemples de playlists compilées par les administrateurs de ‘Chineurs de House’ à la suite de journées à digging thématique :
>> Chinanche Omar S
>> Chinanche L.I.E.S.
>> CDH 10/2014
>> Playlist de mars 2016
>> Soviet Sunday.
> Pour un aperçu des nombreuses sorties du label La Chinerie, se référer à son soundcloud : soundcloud.com/la_chinerie/tracks
> La magasin en ligne de vinyls : shop.lachinerie.fr
> Le site Resident Advisor, une des références mondiales pour l’actualité de la musique électronique, à propos du La Chinerie Festival : residentadvisor.net/news.aspx?id=39058

Quelques orientations de lecture

  • ASSMANN, Aleida, Cultural Memory and Western Civilization, Functions, Media, Archives, Cambridge, Cambridge University Press, 2011 [1999]
  • CITTON, Yves, Pour une écologie de l’attention, Paris, Seuil, 2014
  • DEWEY, Joh, Logique, La Théorie de l’Enquête, éd. Gérard Deledalle, Paris, PUF, 1967
  • GARFINKEL, Harold, Recherches en ethnométhodologie, PUF, 2007
  • LESSOUR, Théo, Berlin sampler, Ollendorff & Desseins [Sampler], Paris, 2009
  • MERZEAU, Louise, Pour une médiologie de la mémoire, Sciences de l’information et de la communication, Université de Nanterre – Paris X, 2011

Podcast [MàJ du 6 juillet 2017]

Informations pratiques

> Mardi 27 juin 2017, 19-21h
> Entrée libre & sans inscription
> Salle Jullian, Galerie Colbert, 1er étage, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
> Evénement Facebook
> Programme-flyer (PDF)

Soutenance de thèse de Carolina Ruoso

Carolina Ruoso, qui est à l’origine de la création de l’HIPAM et participa activement à son existence de 2011 à 2014, soutiendra sa thèse Nid de frelons. Neuf temps pour neuf Atlas. Histoire d’un musée d’art brésilien (1961-2011) le lundi 28 novembre prochain à 14h à l’INHA. Vous êtes tous cordialement invités à y assister.

Lundi 28 novembre 2016 à 14h
INHA, salle 111 (1er étage)
2, rue Vivienne
Paris 2e

Jury:

Dominique Poulot, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de Thèse
Béatrice Joyeux-Prunel, Maître de Conférences HDR, Ecole normale supérieure
Jesus Pedro Lorente Lorente, Professeur, Universidad de Zaragoza, Rapporteur
Ana Paula Simioni, Professeur, Universidade Sao Paulo
Manuelina Maria Duarte Cândido, Professeur, UFG – Universidade Federal de Goiás, Rapporteur

Résumé :

Cette recherche cherche à comprendre comment le musée d’art de l’université du Ceará (MAUC) est devenu un nid de frelons. Afin d’étudier ce phénomène, nous avons analysé les cinquante premières années de sa trajectoire (1961-2011), en partant de l’intrigue sur les modèles de musée en dispute à la fin du XXème siècle dans la ville de Fortaleza, et aussi à partir des controverses autour de sa mémoire. Nous avons organisé notre récit en Neuf temps pour neuf Atlas, en analysant ce nid de frelons de l’intérieur et de l’extérieur, en le prenant à l’envers, à rebrousse-poil. Pour cette raison, nous présentons le MAUC au travers de ses coulisses, en observant par-derrière les vitrines quels sont les caractéristiques et les mouvements propres de cette désignation. Pour nous, un musée nid de frelons est traversé par la mise sous silence, en même temps qu’il développe des pratiques communautaires et collaboratives qui sont constitutives de sa trajectoire, contribuant à l’élaboration conceptuelle élargie de ses processus curatoriaux. Dans cette thèse, nous démêlons les aspects conceptuels qui justifient la création du MAUC. Au travers d’une lecture de la circulation de savoirs, d’œuvres d’art et d’expositions, nous établissons une cartographie des réseaux de relations mobilisés par ce musée au travers de son programme structurel. Nous enquêtons sur les possibilités de création artistique dans l’espace physique du musée et sur les dimensions de collaboration proposées par l’institution en ce qui concerne la fabrique d’expositions et d’œuvres d’art. Nous cherchons aussi à identifier les formes de voir et d’être des visiteurs dans le MAUC au travers du regard de photographes de vue d’exposition.

Mots-clefs :

Histoire du patrimoine et des musées d’art ; circulation de savoirs et d’œuvres d’art ; formation professionnelle en muséologie ; création collaborative ; pratiques des visiteurs de musées.