Séminaire 2016-17

« Patrimoines à la marge / En marge du patrimoine »

Le fil rouge autour duquel s’articuleront principalement les activités de l’HIPAM au cours de l’année académique 2016—2017 est constitué par la thématique « Patrimoines à la marge / En marge du patrimoine ». Différentes séances et rencontres s’organiseront ainsi autour de cinq problématiques et champs de recherche qui ont pour but d’interroger différentes dimensions de la relation entre les notions de patrimoine et de marge. L’année se clôturera par une journée d’étude qui s’étendra sur deux jours et à la suite de laquelle l’HIPAM désire produire une publication électronique présentant les résultats de son séminaire de recherche.

Marge politique et institutionnelle : le projet Cultural Base

La différence de légitimité et de perspective que constituent les discours autorisés sur le patrimoine et les discours qui le problématise en décrivant les processus sociaux et culturels au sein desquels a lieu les phénomènes de patrimonialisation, sera abordée via la présentation du projet Cultural Base. Ce dernier est un projet international qui s’inscrit dans le cadre du programme Horizon 2020 de l’Union Européenne. Il réunit six partenaires universitaires ainsi qu’un partenaire professionnel et organise différents programmes de recherches au croisement des questions de mémoire, inclusion et création culturelles et des notions de patrimoine et d’identité.

Responsable : Isidora Stankovic (Paris 1/University of Belgrade)

Patrimoine et immigration : le projet Patrimoine, Immigration et Fabrications Éphémères

Patrimoine, Immigration et Fabrications Éphémères est un projet de recherche lancé par un duo d’artistes contemporains (Material Conjectures) et Andrea Delaplace qui entend interroger l’interstice qui se crée actuellement dans le rejet des théories modernistes et post-modernes qui ont toutes deux fait leur temps. La question principale étant de se demander quel espace critique peut encore y émerger. Le projet se transcrit selon deux axes : Abandoned facilities qui travaille sur l’architecture « de crise » qui répond à des problèmes humanitaires et/ou sanitaires urgents, une architecture vouée à être abandonnée rapidement, et Housing Immigration qui lance une réflexion sur le rôle des musées d’immigration dans le changement du rapport aux immigrés, à leur histoire et leur patrimoine.

Responsable : Andrea Delaplace (Paris 1)

Marginalisation du patrimoine difficile : la question du patrimoine socialiste et de la décommunisation en Europe de l’Est

Cette perspective entend s’interroger sur les conséquences des lois d’aplanissement des conflits mémoriels traumatiques qui entraînent une marginalisation de certaines mémoires et la manière dont ces politiques patrimoniales sont prises dans des relations géopolitiques. Le cas précis exploré est celui des processus de décommunisation en Europe de l’Est, processus dont les premières victimes sont les monuments issus de la période socialiste.

Responsable : Ina Belcheva (Paris 1)

Patrimoine et genre : artistes femmes et sphère publique

La réflexion portera sur la place de la femme comme artiste dans la sphère publique et leur représentation dans le patrimoine collectif. Elle examinera ainsi comment les femmes ont été marginalisées dans différents milieux selon trois axes principaux : les lieux de formations (l’Ecole des Beaux-Arts au XIXe), les espaces de vente (Salons, Drouot, etc.) et le musée.

Responsables : Alexandra Gauthier et Julie Botte (Paris 3/CERLIS)

De la mémoire à l’archive et inversement : Musique électronique festive et populaire

Ce volet entend interroger les nouvelles modalités de constitution d’une histoire de la musique et d’un patrimoine musical pour les musiques électroniques dites « festives » ou « populaires » à travers les réseaux sociaux numériques. Il s’intéressera aux deux sous-genres que sont la musique House et la Techno.

Responsable : Martin Hullebroeck (Paris 1/ULB)

Groupe de recherche en histoire du patrimoine et des musées