Soutenance de thèse de Carolina Ruoso

Carolina Ruoso, qui est à l’origine de la création de l’HIPAM et participa activement à son existence de 2011 à 2014, soutiendra sa thèse Nid de frelons. Neuf temps pour neuf Atlas. Histoire d’un musée d’art brésilien (1961-2011) le lundi 28 novembre prochain à 14h à l’INHA. Vous êtes tous cordialement invités à y assister.

Lundi 28 novembre 2016 à 14h
INHA, salle 111 (1er étage)
2, rue Vivienne
Paris 2e

Jury:

Dominique Poulot, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de Thèse
Béatrice Joyeux-Prunel, Maître de Conférences HDR, Ecole normale supérieure
Jesus Pedro Lorente Lorente, Professeur, Universidad de Zaragoza, Rapporteur
Ana Paula Simioni, Professeur, Universidade Sao Paulo
Manuelina Maria Duarte Cândido, Professeur, UFG – Universidade Federal de Goiás, Rapporteur

Résumé :

Cette recherche cherche à comprendre comment le musée d’art de l’université du Ceará (MAUC) est devenu un nid de frelons. Afin d’étudier ce phénomène, nous avons analysé les cinquante premières années de sa trajectoire (1961-2011), en partant de l’intrigue sur les modèles de musée en dispute à la fin du XXème siècle dans la ville de Fortaleza, et aussi à partir des controverses autour de sa mémoire. Nous avons organisé notre récit en Neuf temps pour neuf Atlas, en analysant ce nid de frelons de l’intérieur et de l’extérieur, en le prenant à l’envers, à rebrousse-poil. Pour cette raison, nous présentons le MAUC au travers de ses coulisses, en observant par-derrière les vitrines quels sont les caractéristiques et les mouvements propres de cette désignation. Pour nous, un musée nid de frelons est traversé par la mise sous silence, en même temps qu’il développe des pratiques communautaires et collaboratives qui sont constitutives de sa trajectoire, contribuant à l’élaboration conceptuelle élargie de ses processus curatoriaux. Dans cette thèse, nous démêlons les aspects conceptuels qui justifient la création du MAUC. Au travers d’une lecture de la circulation de savoirs, d’œuvres d’art et d’expositions, nous établissons une cartographie des réseaux de relations mobilisés par ce musée au travers de son programme structurel. Nous enquêtons sur les possibilités de création artistique dans l’espace physique du musée et sur les dimensions de collaboration proposées par l’institution en ce qui concerne la fabrique d’expositions et d’œuvres d’art. Nous cherchons aussi à identifier les formes de voir et d’être des visiteurs dans le MAUC au travers du regard de photographes de vue d’exposition.

Mots-clefs :

Histoire du patrimoine et des musées d’art ; circulation de savoirs et d’œuvres d’art ; formation professionnelle en muséologie ; création collaborative ; pratiques des visiteurs de musées.

HIPAM

L’HIPAM, ou Groupe de recherche en histoire du patrimoine et des musées, a pour ambition, à travers les communications des différents intervenants, d’ouvrir sur un panorama des recherches actuelles dans sa discipline et toute approche interdisciplinaire qui entreprend l’étude des phénomènes de patrimonialisation. Si la plupart des doctorants qui l’organisent s’inscrivent dans une perspective d’histoire sociale de l’art et du patrimoine, on y trouve également des perspectives plus philosophiques ou anthropologiques. L’HIPAM se définit également comme un espace de rencontres et de partages destiné tant aux doctorants qu’aux enseignants-chercheurs, aux professionnels du musée et de la culture ou aux étudiants de master. Il accueille d’ailleurs certains de ces derniers au sein de son équipe afin de les initier à l’organisation d’événements scientifiques et académiques. Son intention de constituer un forum des savoirs autour du patrimoine est consubstantiel d’une volonté de promouvoir une interdisciplinarité dans l’approche des phénomènes patrimoniaux. L’HIPAM cherche donc à présenter les approches originales à côté de présenter un état de la recherche dans les approches plus établies. L’HIPAM est né en 2011 à l’initiative de deux doctorantes de l’École Doctorale 411 Histoire de l’art de Paris 1 Panthéon – Sorbonne, Anne-Lise Auffret et Carolina Ruoso, avant qu’elles ne soient rejointes en 2012 par Andrea Delaplace et Xavier-Pol Tilliette. L’HIPAM est aujourd’hui toujours soutenu par l’École Doctorale et le laboratoire Histoire culturelle et sociale de l’art (EA 4100 / HiCSA) tandis que le comité d’organisation se renouvelle d’année en année. Son équipe organisationnelle est actuellement constituée de cinq doctorantes et doctorant ainsi qu’une diplômée de master. Chaque année, l’HIPAM se donne une thématique particulière. L’année académique 2016-2017 articulera quatre perspectives autour de « Patrimoines à la marge / En marge du patrimoine » et se déclinera en une dizaine de séances et conférences pour aboutir à une journée d’étude et une publication. Les précédentes thématiques étaient : « Le dialogue entre les professionnels des musées et leurs usagers » (2015-16) ; « Théâtre(s) contemporain(s) / Collections et Collectionneurs » (2014-15) ; « L’art contemporain dans les musées : collections publiques » (2013-14) ; « Les coulisses de la recherche » (2012-13) ; « narration et discours du musée ; les modèles de musée ; histoire des objets et des collections ; l’approche transnationale ; la question du public ; les territoires » (2011-12).