Archives de catégorie : Actualités / News

[podcast] Les Chineurs : musiques électroniques, réseaux sociaux, playlist et historicité

Le 27 juin dernier se tenait la séance « Les Chineurs : musiques électroniques, réseaux sociaux, playlist et historicité » organisée dans le cadre du séminaire 2016-17 de l’HIPAM autour du « Patrimoine à la marge / En marge du patrimoine », avec nos deux invités, Thomas Chauveaux et Clément Mallein. Le podcast est désormais disponible à l’écoute !

> Pour la page de présentation de la séance, c’est par ici : hipam.hypotheses.org/151

Les Chineurs : musiques électroniques, réseaux sociaux, playlist et historicité

Mardi 27 juin 2017, 19-21h — Les Chineurs : musiques électroniques, réseaux sociaux, playlist et historicité

La musique électronique populaire comme la House possède-t-elle ses propres manières de faire l’histoire ? Fait-elle l’objet de pratiques patrimoniales ? Comment en produit-on la mémoire aujourd’hui ? Voici les questions directrices de cette séance de recherche centrée sur l’examen du cas des Chineurs de House, un groupe Facebook de social digging animé par des administrateurs du collectif La Chinerie et centré sur la musique House.

Organisateurs : Martin Hullebroeck (Paris 1/ULB) et Arthur Perini (EHESS)

Jusqu’à très récemment, l’immense majorité de la littérature portant sur les musiques électroniques dites « populaires » comme la House, la Techno ou l’IDM, consistait en des (auto)biographies confidentielles de musiciens ou des critiques musicales. Depuis quelques années, une jeune génération de chercheurs a commencé à élargir la perspective des études académiques sur le sujet, études qui s’étaient surtout intéressées au phénomène social des raves et des free parties. Ces nouveaux chercheurs examinent par exemple la manière dont des groupes, communautés ou collectifs gèrent, dans une perspective d’action politique et culturelle, la construction de l’histoire de leur mouvement musical et de ce qu’ils considèrent comme leur patrimoine (on se reportera par exemple aux travaux de Frédéric Trottier du Centre Georg Simmel (UMR EHESS/CNRS)).

Cette séance se propose d’examiner un cas très particulier, celui du groupe Facebook « Chineurs de House ». Dans Chineurs de House, on partage des « pépites » musicales en suivant des règles précises, on organise des journées spéciales centrées sur des labels, des pseudonymes, des sous-genres précis, des nationalités, et on organise des « producers days » pour que les jeunes pousses puissent montrer leur travail de création. Les Chineurs se déploient par ailleurs dans une importante diversité de groupes couvrant le champ général des musiques électroniques, dont ils participent à la recatégorisation sur le territoire franco-digital. Leur activité collective d’historiens du mouvement électronique de la musique, soutenue par les administrateurs et plusieurs centaines de membres, témoigne d’une cohabitation originale entre différents régimes d’historicité, portés par des formes de narration du temps social spécifiques : celle de son actualité — via les innombrables publications individuelles —, et celle de sa remémoration — par la constitution de collections musicales en ligne, les playlists Youtube.

Cette séance s’articulera en trois temps. Elle donnera tout d’abord la parole à deux chevilles ouvrières de Chineurs de House et du label La Chinerie, Thomas Chauveaux et Clément Mallein. Ils nous exposeront plus en détail l’histoire de la constitution et de l’évolution des Chineurs ainsi que les pratiques qui y ont cours quant au partage des morceaux de musique et à la pédagogie collective qui imprègne leurs rapports interpersonnels. Dans un deuxième temps, Arthur Perini, mémorant à l’EHESS, nous présentera les résultats de ses travaux d’anthropologie des mondes numériques des musiques électroniques menés auprès des Chineurs. Enfin, les organisateurs présenteront une piste de réflexion commune, soumise à leurs invités et au public, autour de la notion de « playlist », son rôle et ses implications pour la constitution d’une histoire qui s’écarterait des schèmes institutionnels de la discursivité pour y fonder un nouveaux rapport sensible, celui du sonore.

Intervenants

Thomas Chauveaux est administrateur à La Chinerie et administrateur des groupes Facebook ‘Chineurs de House’ (house) et ‘Beau Mot Plage’ (microhouse).

Clément Mallein est administrateur des groupes Facebook ‘Chineurs de House’ (house), ‘Chineurs de Paname’ (qui fédère les chineurs de la région parisienne) et ‘Chineurs des Origines’ (Jazz, Blues, Soul, Funk, Disco, Afrobeat et Bossa Nova), et travaille pour le label In Any Case Records.

Arthur Perini est mémorant en Théories et pratiques du langage et des arts (EHESS), membre du collectif artistique Ascidiacea et contributeur à NonFiction.

Liens et matière à examiner

La Chinerie, initialement née par un groupe Facebook, s’est progressivement structurée en différents groupes couvrant le spectre des différents genres de musique électronique, puis en un collectif qui lança très rapidement l’organisation de soirées, des podcasts, un label et des sous-labels et même, un festival collaboratif prévu pour bientôt (ils ont déjà réussi à lever plus de 64.000€ en crowdfunding pour son organisation), le tout en l’espace de moins de trois ans d’existence. Ce qui leur vaut une grande renommée en France et à l’international pour leur dynamisme et la qualité de leur travail principalement basé à Paris et Lyon.

> Le groupe Facebook ‘Chineurs de House’ : facebook.com/…/chineursdehouse
> Quelques exemples de playlists compilées par les administrateurs de ‘Chineurs de House’ à la suite de journées à digging thématique :
>> Chinanche Omar S
>> Chinanche L.I.E.S.
>> CDH 10/2014
>> Playlist de mars 2016
>> Soviet Sunday.
> Pour un aperçu des nombreuses sorties du label La Chinerie, se référer à son soundcloud : soundcloud.com/la_chinerie/tracks
> La magasin en ligne de vinyls : shop.lachinerie.fr
> Le site Resident Advisor, une des références mondiales pour l’actualité de la musique électronique, à propos du La Chinerie Festival : residentadvisor.net/news.aspx?id=39058

Quelques orientations de lecture

  • ASSMANN, Aleida, Cultural Memory and Western Civilization, Functions, Media, Archives, Cambridge, Cambridge University Press, 2011 [1999]
  • CITTON, Yves, Pour une écologie de l’attention, Paris, Seuil, 2014
  • DEWEY, Joh, Logique, La Théorie de l’Enquête, éd. Gérard Deledalle, Paris, PUF, 1967
  • GARFINKEL, Harold, Recherches en ethnométhodologie, PUF, 2007
  • LESSOUR, Théo, Berlin sampler, Ollendorff & Desseins [Sampler], Paris, 2009
  • MERZEAU, Louise, Pour une médiologie de la mémoire, Sciences de l’information et de la communication, Université de Nanterre – Paris X, 2011

Podcast [MàJ du 6 juillet 2017]

Informations pratiques

> Mardi 27 juin 2017, 19-21h
> Entrée libre & sans inscription
> Salle Jullian, Galerie Colbert, 1er étage, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
> Evénement Facebook
> Programme-flyer (PDF)

La décentralisation et la marge : Visite du Château de Rentilly et du Centre d’art contemporain de la Ferme du Buisson autour du projet SoixanteDixSept et le 40e anniversaire du Centre Pompidou

Roberto Rossellini, Le Centre Georges Pompidou, 1977
Courtesy Fondation Genesium / Jacques Grandclaude © D.R., Ferme du Buisson
© photo Émile Ouroumov

Pour son 40e anniversaire le Centre Pompidou lance une grande campagne de décentralisation de ses collections. Trois lieux phares de l’art contemporain en Seine-et-Marne : le Centre photographique d’Ile-de-France, le Parc culturel de Rentilly – Michel Charier/ FRAC Ile-de-France, le château et le Centre d’art contemporain de la Ferme du Buisson – s’unissent autour du projet « SoixanteDixSept » (un jeu de chiffres : 1977 étant l’année de l’inauguration du Centre Pompidou et 77 – le numéro du département de Seine-et-Marne), pour « réinsuffler l’esprit d’une époque à l’échelle d’un territoire ».

L’HiPAM propose une visite de deux des trois lieux – le Château de Rentilly  et le Centre d’art contemporain de la Ferme du Buisson  – pour réfléchir sur cette initiative du Centre Pompidou, son objectif, sa réalisation et son impact sur les publics locaux. C’est aussi l’occasion de revisiter ce patrimoine de Seine-et-Marne qui se trouve si souvent à la marge des parcours habituels des Parisiens.

INFOS PRATIQUES :

RDV le dimanche 9 avril à 10h à Nation
11h – Visite de l’exposition « Hôtel du Pavot… » au château de Rentilly
13h30 – Pique-nique à la Ferme du Buisson
14h30 – Visite de l’exposition « Quand Rossellini filmait Beaubourg » à la Ferme du Buisson
Discussion après visite et départ pour Paris vers 17h.

A PREVOIR : Passe Navigo + à manger pour le pique-nique

Culture des Lumières : interventions (encore) prévues

Dans le cadre du cours Culture des Lumières donné à Paris 1 par le Pr. Dominique Poulot, vous pourrez profiter de la venue des invités suivants :

Jeudi 16 mars, 16-18h : Louis Gevart avec une présentation intitulée « Les parcs et les musées de sculptures dans l’Europe contemporaine » ;

Jeudi 30 mars, 16-18h : Pascale Martinez avec une intervention intitulée « La représentation des relations internationales au musée Grévin de la fin du XIXéme siècle aux années 40 » ;

Jeudi 6 avril, 16-18h : Isabelle Anatole-Gabriel, Chef de l’unité Europe et Amérique du Nord au Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2016.

> Salle Perrot (2e étage), Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, Paris 2e

Table-ronde autour de l’ouvrage The Period Rooms

Table ronde autour The Period Rooms. Allestimenti storici tra arte, collezionismo e museologia (BUP, 2017)

À l’occasion de la publication de The Period Rooms. Allestimenti storici tra arte, collezionismo e museologia aux Bononia University Press, nous avons le plaisir de vous convier jeudi 26 janvier 2017 à 16h00 à une table-ronde en présence des auteurs et autour des directeurs de la publication.

Invités

Sandra Costa, professeur d’histoire de l’art à l’Alma Mater Studiorum de Bologne.
Dominique Poulot, professeur d’histoire de l’art à Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Mercedes Volait, directeur de recherche au CNRS.

La table ronde sera modérée par Delphine Burlot, maître de conférences en histoire de l’art à Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Informations

> jeudi 26 janvier 2017, 16-18h
> Salle Perrot (2e étage), Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, Paris 2e
> Invitation à la table-ronde (PDF)

Séance « Théorie et pratique du patrimoine culturel : perspectives internationales »

CulturalBase, une plateforme sociale sur le patrimoine culturel et les identités européennes / Patrimoine culturel aux Balkans : l’étude et la pratique

(English version below)

Nous sommes heureux de vous convier à la discussion Théorie et pratique du patrimoine culturel: perspectives internationales, qui aura lieu le 16 janvier 2017 de 17 à 19h, à la salle Demargne de la Galerie Colbert. La discussion abordera différentes préoccupations internationales liées au patrimoine, et soulignera l’apport des théories particulières développées au sein des études patrimoniales, mais donnera surtout un aperçu sur les expériences qui réunissent la théorie et la pratique du patrimoine culturel.

La première partie sera consacrée à la présentation du projet CulturalBase, une plateforme sociale sur le patrimoine culturel et les identités européennes par le professeur Arturo Rodriguez Morato, directeur du Centre pour les études de la culture, des politiques et de la société de l’Université de Barcelone et chef du projet CulturalBase, ainsi que par Dominique Poulot, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et un des partenaires sur le projet CulturalBase. Envisagé dans le cadre du programme Horizon 2020, ce projet vise à réunir la perspective professionnelle, académique et les politiques liés aux questions actuelles sur le patrimoine et les identités européens.

Nous aurons également l’opportunité de connaître les préoccupations actuelles sur le patrimoine et musées dans les Balkans à travers des présentations de trois personnalités importantes pour l’enseignement et la pratique patrimoniale en Serbie et en Croatie, formées par l’expérience dans de nombreux projets et associations internationaux (ainsi que dans des universités). Ainsi, la deuxième partie de la discussion sera consacrée aux présentations de Tomislav Šola, professeur à l’Université de Zagreb et fondateur du « the Best in Heritage », la seule enquête annuelle des projets primés, liés aux musées, au patrimoine et à la conservation ; ensuite d’Irina Subotić, professeure émérite et conférencière au sein de différents programmes doctoraux des universités serbes, vice-présidente d’Europa Nostra, le réseau paneuropéen consacré aux actions citoyennes pour la sauvegarde du patrimoine européen culturel et naturel, et présidente d’Europa Nostra Serbia ; et enfin, de Nikola Krstović, conservateur principal du musée au plein air « Vieux Village », un des musées serbes les plus fréquentés, assistant de recherche de l’Institut ethnographique de l’Académie serbe des sciences et des arts et conférencier au sein du Séminaire pour la muséologie et l’héritologie, Faculté de philosophie, Université de Belgrade.

La discussion est organisée par Isidora Stanković, doctorante qui fait sa thèse sous la direction de professeur Dominique Poulot, en cotutelle avec la Faculté de philosophie de l’Université de Belgrade et assistante de recherche sur le projet CulturalBase, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Informations pratiques

> Lundi 16 janvier 2017, 17-19h
> Entrée libre & sans inscription
> Séance en anglais
> Salle Demargne, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
> Programme (FR) de la séance du 16 janvier 2017 (PDF)

Cultural Heritage Theory and Practice: International Perspectives

It is our great pleasure to invite you to the discussion Cultural Heritage Theory and Practice: International Perspectives, that will take place on the 16th of January 2017, from 17h to 19h, in the Galerie Colbert. The discussion will tackle some of the current international preoccupations in relation to heritage, point out particular theories developed in the framework of heritage studies, but, provide, especially an insight on the experiences that reunite heritage and museums theory and practice.

The first part of it will be dedicated to the presentation of the CulturalBase project, Social Platform on Cultural Heritage and European Identities by professor Arturo Rodriguez Morato, Director of the Center for the Study of Culture, Politics and Society at the University of Barcelona and coordinator of the CulturalBase project, as well as Dominique Poulot, professor at the Paris 1 Panthéon-Sorbonne University and one of the partners on the CulturalBase project. Created in the framework of the Horizon 2020 program, this project tends to reunite academic, professional and policies’ perspective in relation to the contemporary and current questions of European heritage and identities.

Through the presentation of three personalities active and important for the heritage education and practice in Serbia and Croatia, but formed through the experience in numerous international projects and associations (universities as well), we will hear about the current heritage and museum preoccupations in the Balkans. Therefore, the second part of the discussion will be related to the presentations of Tomislav Šola, professor at the University of Zagreb and founder of “the Best in Heritage”, the world’s only annual survey of award-winning museum, heritage and conservation projects, furthermore, Irina Subotić, professor emeritus and lecturer on different PhD programs at the universities in Serbia, vice-president of Europa Nostra, pan-European network dedicated to citizens’ movement for the safeguarding of Europe’s cultural and natural heritage and president of Europa Nostra Serbia, and last but not least, Nikola Krstović, senior curator of Open air Museum “Old Village” in Sirogojno, one of the most visited Serbian museums, research associate of the Institute of Serbian Academy of Sciences and Arts and guest lecturer of the Seminar for Museology and Heritology, Faculty of Philosophy, University of Belgrade.

The discussion is organized by Isidora Stanković, PhD Candidate of professor Dominique Poulot, who is doing her thesis in the joint supervision between the Paris 1 Panthéon-Sorbonne University and Faculty of Philosophy, University of Belgrade, and research assistant on the CulturalBase project, Paris 1 Panthéon-Sorbonne University.

With the support of Paris 1 Panthéon-Sorbonne University, ED 441 Histoire de l’art and in the framework of HIPAM, Research Group of the History of Heritage and Museums.

Presentations

Arturo Rodriguez Morato and Dominique PoulotCulturalBase, Social Platform on Cultural Heritage and European Identities, Project Presentation

CulturalBase (culturalbase.eu), Social Platform on Cultural Heritage and European Identities, is a project created in the framework of the Horizon 2020 of the European Commission, in the collaboration among six European Universities (University of Barcelona, University of Glasgow, Central European University, European University Institute, University of Sussex, Paris 1 Panthéon-Sorbonne University) and Interarts organization. By approaching different questions within three thematic axes – cultural inclusion, creativity and memory in Europe, the project aims to join the academic and professional perspective and to produce the recommendations for the research program regarding these questions.

Tomislav ŠolaThe Mind of our Own

30 years ago, at a ICOFOM conference in Paris I have proposed that we abandon museology and establish heritology. (It evolved later into mnemosophy as a public memory science). The matter was the content and use of theory, not the name. But, to be accepted, innovation must not be too radical (it was!) and arrive from an expected, credible source (it didn’t!). If urged to change entire mindset, museum community may reject the proponent (it did!). However, latter widening of museum concept and new co-operations made things evolve. But, the retrograde, neo-liberal context is obstructive to forming a new profession out of dismembered heritage sector: it may propose an usable future. (www.mnemosophy.com)

Irina Subotić, professor emeritus – Running all over the Balkans…

The presentation will tackle the variety of my civil activities connected to the education, raising awareness on the cultural heritage importance and its protection. These activities are in the same time on the agenda of the reconciliation, maintaining the old friendships and establishing new links after the dramatic 1990s in the former Yugoslavia, which is now called the region of the Balkans.

Nikola KrstovićHeritage and Realities: Curatorial Shaping of the World

The concept is based on the notion “everyone curate – curator creates”. Democratization of heritage methodologies and practices unfolded huge “grey zone” of what heritage might be and blurred traditional understanding of the profession(s). Curating is the collective process, not connected to the one curator’s job description. In that sense, curatorial (re)shaping of the world demands new knowledge and skills and demand reconsideration of professional ethic and rules. New realities open the questions of education, implementation of theories into practices and vice versa and basic constitutive frames. The final aftermath could refer to what we memorize globally and locally and how those memories influence our identities (if that is of any importance) and values, stands and actions now and in the future. The course “Nine Deaths (Lives) of Curator – How to be(come) more relevant” addresses the mentioned concepts demanding from participants to link theories and practices having in mind the right balances between professional codes and freedom of expression.

Biographies

Arturo Rodriguez Morato is Professor of Sociology and current Director of the CECUPS (Center for the Study of Culture, Politics and Society). Former Vice President for Research of the International Sociological Association (2006-2010) and Former President of its Research Committee on Sociology of the Arts (1998-2002). He was Director of the First ISA Forum of Sociology in 2008. He has been Visiting Scholar at the EHESS and the Maison des Sciences de l’Homme in Paris, at the New School for Social Research in New York, and at the University of Cambridge (UK). He has been Principal Investigator of several funded research projects and has published extensively on cultural policy, cultural occupations, urban culture and cultural sociology. Among his recent publications highlights: “The Culture Society: A Heuristic for Analyzing Cultural Change in the Global Age” (in Sociology Today, A. Sales, ed., Sage, 2012) as well as different articles in Revista de Investigaciones Políticas y Sociológicas (2012: 11, 3), European Urban and Regional Studies (2013: online first), among others. He is currently Coordinator of the project CulturalBase funded by the European Commission (2015-17).

Dominique Poulot is Professor of History at Paris 1 Panthéon-Sorbonne University. His research focuses on the history and politics of heritage and museums. He has published several books on topics of heritage and memory, notably Musée, Nation, Patrimoine (Gallimard, 1997), a history of French museums (La Découverte, 2005), and of the idea of patrimony in Europe (PUF, 2006). He has published widely in journals and edited collections, including The Realms of Memory (Chicago), National Museums and Nation-building in Europe 1750-2010 (Routlege). He was partner of EUNAMUS, in the framework of the Seventh Framework Programme 2007-2013 about National Museums in Europe 1750-2012, and of the program Borders of Heritage at the EHESS, 2011-2014. Some of his most relevant publications are Musée, nation, patrimoine, 1789-1815 (Gallimard, Paris, 1997) ; Musée et muséologie, (La Découverte, Paris, 2005) ; Une histoire du patrimoine en Occident (PUF, Paris, 2006).

Tomislav Šola finished Art History in Zagreb and Museology in Zagreb and Paris and had his PhD in Museology at University of Ljubljana. He was museum curator and then director of Museum documentation center in Zagreb. As Chairman of the Yugoslav NC of ICOM, he organized three major international conferences, and was elected a member Executive Council. Later, he taught regularly in Catalonia and Finland, where he founded a summer school for heritage studies. He was a jury member of the EMYA/EMF and Chairman of Jury 4 of Europa Nostra/EU awards. At University of Zagreb he was Head of Department of Information Sciences, head of Chair of Museology and head of the post-graduate study of Museology. Prof. Šola permanently lectured at universities in Dubrovnik, Sarajevo, Split and Zagreb (still) and was a guest lecturer at seven universities abroad. As invited lecturer, he delivered internationally about 325 hours (several seminars) and acted as consultant in 12 museum projects. He is founder & organizer of “The Best in Heritage” conference in Dubrovnik (www.thebestinheritage.com). His projects include: www.bridgesofeurope.com, www.globallovemuseum.net and www.mnemosophy.com.

Irina Subotić graduated Art History at the Faculty of Philosophy in Belgrade in 1965; PhD entitled “Art Circle of the review Zenit 1921-1926” supported at the University of Ljubljana. Between 1965 and 1978 she was curator of the Museum of Contemporary Art and between 1979 and 1995 of the National Museum in Belgrade. From 1991 to 2002 she was professor of Modern Art History at the Faculty of Architecture in Belgrade and since 1995 to 2008 – professor at the Academy of Arts in Novi Sad. Now Irina is teaching on PhD studies in Belgrade and Novi Sad. Major interests and research: modern and avant-garde art, Yugoslav art in European context, museology, heritage protection. She is a member of national and international professional and civil society organizations (AICA, ICOM, Europa Nostra, Europa Nostra Serbia, Group 484, La Renaissance Française, Serbian Association of Literary Translators).

Nikola Krstović is senior curator in Open air museum Old Village in Sirogojno, Serbia in charge of international cooperation and museum programs. He gained his PhD from University of Belgrade, Faculty of Philosophy, Department of Art History on the Seminar for museology and heritage studies. Nikola is a research associate of the Institute of Ethnography of SASA and guest lecturer on the Seminar for museology holding a course – 9 Deaths of Curator/How to be(come) more relevant. He is member of ICOM/ICOFOM, Association of European open-air museums (AEOM), Europa Nostra Serbia board, Museum Society of Serbia and Program Council of Museum of Yugoslavia. Author of numerous museum projects, professional and scientific articles and contributions. Fields of scientific interests: heritage (of/and/ in) everyday life, heritage interpretation, contemporary curatorial practices.

Isidora Stanković is a PhD Candidate of Art History (specialization: Heritage Studies and Museology) in the joint supervision between the Faculty of Philosophy, University of Belgrade and the Doctoral School of Art History, Paris 1 Panthéon-Sorbonne University. She finished her Bachelor studies of Art History and obtained her Master’s degree within the Seminar for Museology and Heritology founded at the Department of Art History of the Faculty of Philosophy in Belgrade. Currently, she works as a research assistant on the CulturalBase project at the Paris 1 Panthéon-Sorbonne University. For several years she has been enrolled as a teaching assistant in the courses of the aforementioned Seminar. Areas of her research include the problems of cultural heritage, lieux de mémoire, collective and cultural memory. She is a collaborator of different professional and scientific organizations related to the study, preservation and promotion of cultural heritage – the Center for Museology and Heritology of the Faculty of Philosophy in Belgrade and Europa Nostra Serbia.

Informations

> Monday January 16th, 2017, from 5 to 7pm
> Free entrance without application
> Conferences in English
> Salle Demargne, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
> Program (EN) of the conferences (PDF)

Journée d’étude « Patrimoine, Immigration et Constructions Ephémères »

Patrimoine, Immigration et Constructions Ephémères :
Comment mettre en musée l’immigration ?

Le samedi 28 janvier 2017 prochain se tiendra la journée d’étude Patrimoine, Immigration et Constructions Ephémères : Comment mettre en musée l’immigration ? Cette journée d’étude organisée par Andrea Delaplace, également l’une des cinq perspectives adoptées par l’HIPAM pour son séminaire 2016-2017, répond à une première journée d’étude organisée à la Beaconsfield Gallery (Londres) le 19 novembre 2016 intitulée Heritage Immigration and Temporary Fabrications.

Présentation

En tant qu’institutions mémorielles, les musées jouent un grand rôle dans la construction identitaire. Les représentations du passé et du patrimoine culturel local sont essentielles pour le développement de l’identité nationale ou régionale. Désormais, la transformation d’anciennes installations qui accueillaient les immigrés – comme Ellis Island à New York – dans des sites mémoriels qui mettent en scène leurs histoires.

Grâce à cette patrimonialisation des mémoires d’immigrés, un nouveau discours sur l’immigration et l’identité se met en place : les mémoires souvent oubliées – un oubli volontaire parfois – trouvent leur place dans les musées et permettent de créer une narrative sur l’immigration à partir de récits personnels.

Pourtant, la mise en musée de l’histoire de l’immigration reste un défi dans le paysage muséal international. Ainsi, plusieurs questions se posent: Qu’est-ce que le patrimoine de l’immigration? Comment exposer l’immigration? Les tentatives de représentation des immigrés reflètent-elles un paradigme national?

Programme

9h30 – Introduction : Dominique Poulot, professeur à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
10h – Isabelle Renard, chargée de collections du Musée de l’histoire de l’immigration
La constitution de la collection d’Art Contemporain de la CNHI
10h30 – Film Ellis (15′) de JR, artiste français
10h45 – Diana Pardue, directrice de l’Ellis Island Museum, New York
Les expositions permanentes et temporaires de l’Ellis Island Museum
11h15 – Pause-café
11h30 – Martin Evans, maître de conférence à la Sussex Univesity
L’exposition temporaire Paris-Londres et la question de l’immigration dans ces deux villes
12h – Donald Smith, commissaire d’exposition et directeur du Chelsea Space – UAL
L’immigration et l’exil dans les expositions de la Tate Britain et du Chelsea Space
12h30 – Discussion avec tous les intervenants en table-ronde
13h – Conclusion

Informations pratiques

> Samedi 28 janvier 2017, 9h30-13h30
> Entrée libre & sans inscription
> Salle Jullian, Galerie Colbert, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
> Programme (MàJ) de la journée d’étude du 28 janvier 2017 (PDF)
> Séance organisée par Andrea Delaplace, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Soutenance de thèse de Carolina Ruoso

Carolina Ruoso, qui est à l’origine de la création de l’HIPAM et participa activement à son existence de 2011 à 2014, soutiendra sa thèse Nid de frelons. Neuf temps pour neuf Atlas. Histoire d’un musée d’art brésilien (1961-2011) le lundi 28 novembre prochain à 14h à l’INHA. Vous êtes tous cordialement invités à y assister.

Lundi 28 novembre 2016 à 14h
INHA, salle 111 (1er étage)
2, rue Vivienne
Paris 2e

Jury:

Dominique Poulot, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de Thèse
Béatrice Joyeux-Prunel, Maître de Conférences HDR, Ecole normale supérieure
Jesus Pedro Lorente Lorente, Professeur, Universidad de Zaragoza, Rapporteur
Ana Paula Simioni, Professeur, Universidade Sao Paulo
Manuelina Maria Duarte Cândido, Professeur, UFG – Universidade Federal de Goiás, Rapporteur

Résumé :

Cette recherche cherche à comprendre comment le musée d’art de l’université du Ceará (MAUC) est devenu un nid de frelons. Afin d’étudier ce phénomène, nous avons analysé les cinquante premières années de sa trajectoire (1961-2011), en partant de l’intrigue sur les modèles de musée en dispute à la fin du XXème siècle dans la ville de Fortaleza, et aussi à partir des controverses autour de sa mémoire. Nous avons organisé notre récit en Neuf temps pour neuf Atlas, en analysant ce nid de frelons de l’intérieur et de l’extérieur, en le prenant à l’envers, à rebrousse-poil. Pour cette raison, nous présentons le MAUC au travers de ses coulisses, en observant par-derrière les vitrines quels sont les caractéristiques et les mouvements propres de cette désignation. Pour nous, un musée nid de frelons est traversé par la mise sous silence, en même temps qu’il développe des pratiques communautaires et collaboratives qui sont constitutives de sa trajectoire, contribuant à l’élaboration conceptuelle élargie de ses processus curatoriaux. Dans cette thèse, nous démêlons les aspects conceptuels qui justifient la création du MAUC. Au travers d’une lecture de la circulation de savoirs, d’œuvres d’art et d’expositions, nous établissons une cartographie des réseaux de relations mobilisés par ce musée au travers de son programme structurel. Nous enquêtons sur les possibilités de création artistique dans l’espace physique du musée et sur les dimensions de collaboration proposées par l’institution en ce qui concerne la fabrique d’expositions et d’œuvres d’art. Nous cherchons aussi à identifier les formes de voir et d’être des visiteurs dans le MAUC au travers du regard de photographes de vue d’exposition.

Mots-clefs :

Histoire du patrimoine et des musées d’art ; circulation de savoirs et d’œuvres d’art ; formation professionnelle en muséologie ; création collaborative ; pratiques des visiteurs de musées.